Moustiques

Notre Intervention contre les moustiques Tigre

Depuis 2004 on a constaté l’apparition de ce moustique tigre très agressif sur la côte, et malgré toutes les mesures et actions entreprises par les autorités compétentes, le moustique tigre n’est pas prêt d’arrêter son extension sur La Riviera. Si l’éradication totale des moustiques est impossible, lutter contre leur prolifération est indispensable. Toute intervention sur un site infestée par les moustiques fait l’objet d’une recherche pour déterminer et localiser les lieux de ponte des moustiques (seau, arrosoir ou tout autre récipient qui peut retenir l’eau).
Les gîtes repéré seront traités avec un larvicide biologique ayant une rémanence de plusieurs semaines.


Pour éradiquer les moustiques tigre adultes nous intervenons avec des moyens de lutte dernière génération: Traitements anti moustiques par thermo nébulisation ou pulvérisation. Le traitement à un effet de choc en éliminant les moustiques présents sur la superficie traitée et une rémanence jusqu’à 1 mois après l’intervention, (voir l’environnement). Les produits utilisés pour la démoustication sont à base d’insecticide (Bayer) , agréé par la Direction générale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt.
Les produits que nous utilisons ne présentent aucun risque pour les personnes et les animaux domestiques.
Contactez nous !

Comment se protéger contre les moustiques ?

Vigilance et protection physique personnelle

Pour se protéger des moustiques, la première des mesures à prendre, c’est d’être attentif.
Où peuvent pondre les moustiques?
marécages, creux d’arbres, vieux pneus… Les eaux doivent être calmes et les larves doivent pouvoir s’y nourrir (planctons), Un sol humide suffira.

Plus ponctuel encore, en particulier en milieu urbain, tout aussi accueillant pour les « culidicaes » (nom scientifique du moustique) :

  • les jardins privés et, à plus grande échelle, les jardineries professionnelles, où l’on arrose généreusement des pots sous lesquels des coupelles retiennent l’eau qui stagne,
  • les canalisations d’eaux usées
  • les travaux, chantiers où se forment des collections d’eau,
  • des gouttières mal entretenues…

La pluie reste le meilleur allié des « gîtes larvaires », véritable nid à moustique qui permet la prolifération des moustiques.

En prenant les mesures suivantes vous pourrez limiter leur prolifération :

  • Défricher et nettoyer régulièrement les terrains inoccupés
  • Attention à la rétention d’eau dans les assiettes sous les pots aux fleurs et les gouttières
  • Vérifier les conduits d’eau obstruction = rétention
  • Se débarrasser ce qui pourrait retenir l’eau dans l’environnement extérieur ( bidons, bâches, brouettes…)
  • Changer l’eau des vases chaque semaine
  • Pour point d’eau impossibles à vider comme les puits, collecteurs d’eau…, on peut les couvrir hermétiquement avec de la toile moustiquaire ou, à défaut, recouvrir cette eau d’une fine couche d’huile : les larves ne peuvent plus respirer et meurent.

Lutte à base de larvicide

Grandes campagnes de démoustications, qui requièrent souvent que les formulations soient régulièrement changées, étant donné la faculté d’adaptation des moustiques contre ces substances.

La gestion des gîtes larvaires fait référence à  la gestion ciblée des zones de reproduction et prolifération des moustiques avec pour objectif de réduire le nombre de larves et de nymphes de moustiques.
Elle est uniquement recommandée en tant que mesure supplémentaire pour la lutte antivectorielle contre le paludisme ; elle ne doit pas être en aucun cas utilisée pour remplacer des interventions de lutte essentielles contre les moustiques, telles que traitements intradomiciliaires par pulvérisation d’insecticides à effet rémanent.

Lutte biologique

  • Des poissons dans les gîtes larvaires dès que possible. En effet, les poissons comme les Gambusies mangent les larves de moustiques.
  • Cherchez aussi à protéger les espèces prédatrices des larves de moustiques telles les tritons, grenouilles, crapauds, salamandres…
  • D’autres moyens plus sophistiqués existent, mais relèvent des spécialistes de la lutte anti vectorielle.
  • Il faut enfin se protéger physiquement, en choisissant les moyens les plus efficaces (répulsifs, moustiquaires,…)

Usage des répulsifs, mais lesquels ?

l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) : des répulsifs cutanés, principalement ceux qui renferment du DEET de l’IR3535 ou de l’Icaridine.
Concernant le DEET, une étude publiée en février 2013 porte à notre attention que certains moustiques s’habituent au bout de quelques heures au DEET. Dans le doute s’abstenir…